samedi 29 décembre 2018

Mon expatriation à Los Angeles - Bilan à 3 ans


Le 13 décembre dernier j'ai fêté mes 3 ans d'expatriation. 3 années dont le bilan est très positif malgré quelques petites difficultés.

Après une première année à Los Angeles et 2 autres à Marina del Rey, nous avons déménagé en août dernier à Burbank, en banlieue LA. Déménagement motivé par l'envie de ne pas passer 4 heures dans les transports puisque les bureaux de mon mari sont passés de West Hollywood à Burbank. Désormais tous les trajets se font à pieds ou en 15 minutes de voiture maximum… Une révolution ! J'avais très peur de vivre loin de l'océan puisque de notre précédent appartement je n'avais qu'une rue à traverser pour m'y rendre. C'était devenu un rituel pour moi d'aller marcher sur le sable mouillé à Santa Monica, le matin, en semaine, lorsque les touristes n'étaient pas encore réveillés. Ceux qui vivent en bord de mer savent à quel point c'est vivifiant et bon pour le moral. Finalement il n'en fût rien, je suis très heureuse de notre installation à Burbank, la vie loin de l'agitation de LA y est beaucoup plus douce et reposante. Nous fonctionnons un peu au ralenti, sans stress, avons maintenant un petit centre-ville, économisons $1000 sur notre loyer et je vais chercher Madeleine à l'école à pieds. 

L'école justement, ma bête noire ces 2 dernières années. La seule ombre au tableau de notre vie en Californie et pas des moindres. Madeleine a été victime de harcèlement scolaire pendant des mois et j'ai dû faire face l'incompétence de l'équipe pédagogique d’une école médiocre qui n'agissait pas en conséquence. Une baisse considérable de ses résultats et une grande solitude à été son lot quotidien pendant trop longtemps, son mal-être est vite devenu le mien et tout ça a énormément affecté notre famille. Je reçois toujours beaucoup de mails de mamans expatriées à propos de la scolarisation à Los Angeles, j'ai d'ailleurs depuis des lustres un brouillon sur le sujet dans les articles de mon blog. Le topic étant assez délicat, je ne sais pas s'il sera publié un jour… Mais pour celles qui souhaiteraient savoir, il s'agit ici d'une des 2 écoles (publiques) de LA proposant un programme bilingue anglais/français, pour ne pas la citer, et tout ce que je peux vous conseiller aujourd'hui c'est de la fuir ! 

Je vous rassure, Madeleine est maintenant scolarisée dans une très bonne école américaine. Elle est la seule francophone de l'établissement (nous avons abandonné le français), ses résultats sont excellents et elle est parfaitement intégrée. Ce changement d'école a finalement été salvateur pour nous tous ! 

On me demande beaucoup aussi si je me sens américaine… Alors non, je me sens de moins en moins américaine et de plus en plus française. Je le serai peut être un jour, administrativement parlant, mais pour le reste, nos mœurs sont trop différentes et je suis arrivée aux US trop tard dans ma vie. Pour autant j'adore vivre ici et ne me vois plus vivre en France. Je pense avoir toujours eu en moi cet instinct de l'expatriation, j'avais réussi à l'enfouir avec le temps mais maintenant que je l'ai réveillé je ne compte pas faire machine arrière. Je ne me sens pas américaine effectivement mais pourtant lorsque je rentre en France l'été j'ai l'impression de ne plus y trouver ma place… La vie (dont je ne fais plus partie) a continué… Sans moi… Et elle va très bien. Je pense que seuls les expatriés ou les ex-expatriés peuvent comprendre ce sentiment… 

Pour ce qui est de notre Green Card, nous avons terminé toutes les étapes et attendons l'entretien final. Elle devrait arriver avant l'été 2019 et nous permettre de vivre l'esprit tranquille sans avoir à nous soucier d'être expulsés du territoire à n'importe quel moment. Mon permis de travail devrait lui aussi arriver dans la foulée, j'ai plein d'idées pour créer mon entreprise mais pour le moment rien n'est d'actualité. J'ai d'ailleurs décidé de ne plus répondre à tous les pénibles qui me demandent ce que je fais de mes journées, parce qu'évidemment lorsqu'on ne travaille pas on est toujours obligé de rendre des comptes sur son emploi du temps… Fatiguant ! 

Comment m'ennuyer ? J'aime plus que tout la vie ici, le soleil, les palmiers, être dans un endroit du monde où il se passe toujours quelque chose. Je fais et vois des choses incroyables, magnifiques, je réalise et mesure  d'ailleurs chaque jour la chance que j'ai. J'aime que les gens que je croise soient souriants, agréables, toujours de bonne humeur. J'aime que le caissier du supermarché ou le uber driver aient toujours le petit mot qui donne le sourire, ça change de Reims (ma ville natale que j'aime pourtant par dessus tout !) où les gens étaient tout simplement froids, hautains voire odieux parfois et se plaignaient en permanence. J'ai toujours été quelqu'un d'humeur constante, de positif et qui savait apprécier les petits plaisirs de la vie et ai enfin l'impression d'avoir ici trouvé mes paires. J'ai aussi trouvé mon équilibre, un équilibre réel, pas celui des débuts qui ne tenait qu'à un fil. 

Je suis en contact permanent avec ma famille et mes amis français, pas un jour ne se passe sans que j'ai des nouvelles ce qui contribue beaucoup à mon bien-être d'expatriée. Grâce à ça je ne ressens plus le besoin de rentrer en France aussi souvent qu'avant et songe à ne revenir que tous les 2 ans seulement. Je me suis aussi fait des amis ici, sur lesquels je peux compter et avec lesquels je profite de ce quotidien merveilleux, ils sont très importants pour moi et je suis extrêmement reconnaissante de les avoir. 

Pour tout vous dire, la seule chose à laquelle je ne me fais toujours pas (outre la couverture de santé mais c'est un sujet trop vaste pour que j'en parle maintenant !) c'est la nourriture. Je n'ai jamais réussi à retrouver mon alimentation française. Ici, ça manque de fromage, de bon pain, de pâtisseries, DE PICARD !!!! Je suis une grande gourmande de sucré, de salé mais je n'ai pas trouvé de substituts corrects à mes repas français. Je ne snack plus non plus, terminés les Pépitos à 10h et les petits Kinder du goûter… Tristesse ! J'ai donc perdu 2 tailles de pantalons et suis passé d'un 40 à un 36… et ainsi refait toute ma garde-robe. Non ce n'est pas une fatalité de grossir aux US ! 

Pour retrouver mes bilans précédents, je vous laisse vous rendre iciici !

3 commentaires:

  1. Je ne savais pas que ta fille avait été victime de harcèlement. Quelle horreur... Je lui souhaite que tout continue au mieux dans sa nouvelle école.
    Je pense que j'aurais adoré avoir une vie d'expatriée aux USA. C'était mon rêve de petite fille et les deux voyages que j'ai faits, dont le dernier en Californie, ont confirmé mon appétence pour la culture américaine. J'imagine bien que tu as largement de quoi t'occuper. Surtout que tu élèves aussi ta fille. Je ne vois pas où est Burbank mais même si c'est plus loin du centre de toutes les activités, je suis aussi d'avis qu'on vit mieux au calme, près de son lieu de travail... C'est important de privilégier sa qualité de vie.
    Côté nourriture, je m'adapterais avec plaisir au régime américain, surtout en Californie où il y a une offre végétarienne importante ;P Mais c'est le pain qui me manquerait sûrement !
    Bisous :*

    RépondreSupprimer
  2. Picard, mon plus gros manque quand j'étais là-bas ! Heureusement que Trader Joe's existe pour certaines petites choses !

    RépondreSupprimer
  3. On peut se faire une virée chez Monsieur Marcel pour faire le plein de Pepito et de Kinder Bounty pour satisfaire ta dent sucrée... très bientôt j'espère !
    Elodie

    RépondreSupprimer