dimanche 26 novembre 2017

The Museum of Ice Cream - Los Angeles


Si comme moi vous êtes une/un inconditionnel(le) d’Instagram, ce musée est fait pour vous ! Mais attention, The Museum of Ice Cream c’est toute une aventure qui commence par l’obtention des places… D’ailleurs si vous souhaitez vous y rendre, je vous invite à suivre le compte Instagram du MOIC ou à vous inscrire à leur newsletter afin de connaître les dates de pré-vente des entrées.

The Museum of Ice Cream fait partie de ces musées dont les places sont sold out en quelques minutes le jour de leur mise en vente. Le 18 octobre dernier, note dans mon agenda, alarme sur mon téléphone, je suis prête ! À 10:00 je me retrouve dans la queue virtuelle du musée sur internet attendant les doigts croisés le tirage au sort qui me permettrait (ou non !) d’obtenir le fameux sésame. 11:15 le couperet tombe, j’ai ma place pour le mercredi 8 novembre !






Aller au Museum of Ice Cream c’est un peu comme entrer dans la chocolaterie de Willy Wonka, une expérience interactive unique pour la gourmande et fan d’esthétisme que je suis. Tout à commencé à New York où le MOIC a vu le jour pendant l’été 2016. Il y fait un carton spectaculaire à tel point qu’il est décidé de le proposer (en l’améliorant) au public de Los Angeles au printemps puis pour une seconde édition à l’automne 2017. San Francisco suit et (la nouvelle vient de tomber) bientôt Miami.





























L’endroit est clairement le plus hype du moment et diffère significativement de la majorité des musées traditionnels. C’est un pop up (oui, il n’est pas permanent, vous l’aurez compris), qui n’a finalement de musée que le nom. N’espérez pas y trouver quoi que ce soit de culturel, d’ailleurs aucune information sur l’histoire ou la provenance de la crème glacée ne sera divulguée pendant la visite. Ici tout à été pensé, construit, pour Instagram, dans le seul but d’être esthétique et de célébrer la créativité.

Selon la localisation, vous traverserez différentes salles, différentes ambiances en relation avec la ville dans laquelle se trouve le musée. Chaque expo est donc spécifique bien que l’esthétique générale rose bonbon reste commune à tous les sites. Bien entendu on y retrouve systématiquement la piscine de sprinkles (plus de 100 millions dans ce petit bassin selon les créateurs) qui a fait toute la renommée du MOIC.















Le prix peut paraître un brin excessif pour un “non musée” ($33 taxes comprises mais sachez à ce propos qu’une partie des bénéfices va directement à une bonne œuvre locale), cependant l’expérience reste qualitative. J’ai particulièrement apprécié l’investissement et l’enthousiasme et l'énergie contagieuse de l’équipe du MOIC ainsi que les dégustations de glaces et bonbon qui ont ponctuées la visite. Bref, je vous recommande vivement le MOIC si vous décidez de vous balader prochainement aux alentours de New York, Los Angeles, San Francisco ou Miami… Comment ça, ce n’est pas prévu ???

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire